Dernière mise à jour

  • vendredi, 14. décembre 2018

 


Au Parc Romain de Ruffenhofen on renonce à des reconstructions complexes pour visualiser les structures archéologiques. Ce rôle est joué par les  plantations. Celles-ci mettent en évidence différentes parties des constructions antiques. Une haie de charmille représente ainsi la muraille du camp militaire, alors que des plantes à fleurs blanches
mettent en relief l’emplacement des fossés. La mise en œuvre de ce concept a eu des répercussions  positives sur la nature: le petit gibier, par exemple, se réfugie dans les hautes herbes des baraques à soldats. Les perches à buses marquant l’emplacement des tours de guet attirent les rapaces. De nombreuses cigognes des alentours reviennent régulièrement au Parc Romain. Pour avoir une vue d’ensemble du site nous vous conseillons de monter sur la petite butte à quelques pas du LIMESEUM.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebook